C&C

Cette page est consacrée aux questions, revendications des collaborateurs et cadres.
Le site : http://www.ugict.cgt.fr/ peut renseigner de manière générale sur de nombreuses questions de droits que peuvent se poser les cadres.

Réclamation du 21 avril 2016

En programmant des réunions à heures fixes dans la plage variable de prise de fonction, la direction crée une contrainte particulière à l’encontre des salariés qui doivent y participer.

La CGT a donc demandé à la direction de prendre en compte  cette contrainte particulière et de l’indemniser.

Réclamation de la CGT 

 

 


Régime des retraites complémentaires:

 

Complémentaire retraite

Communiqué

 

 Objet : Devoir de réserve sur procédure disciplinaire

Cher collègue,

Une procédure disciplinaire ayant conduit au licenciement d’un salarié a crée un profond sentiment de malaise et d’injustice dans notre établissement.

Certains salariés se sont étonnés du silence de la CGT sur cette affaire. La CGT ne sortira pas de sa réserve sur ce dossier et ne communiquera pas publiquement.

D’une manière générale, la défense du salarié se fait avec lui et sous son contrôle. Entretiens, procédures, interventions, et actions juridiques le cas échéant.

Nous ne communiquerons pas publiquement sur des salariés visés par une procédure disciplinaire sans leur accord, particulièrement lorsqu’il s’agit de collaborateur ou cadre pour qui le contrôle de référence en cas de recherche d’emploi peut s’avérer extrêmement important.

Nous sommes cependant à votre écoute et les élus CGT répondront volontiers à toutes vos interrogations au cours d’une discussion.
 

Modification du régime d’astreinte:


 

La direction tente de passer en force sans négocier !

La CGT demande l'ouverture de négociation:Courrier CGT astreinte
Projet de la direction:Projet d'astreinte de la direction
Document relatif à la violation du droit européen par le gouvernement Français:Décision CEDS-temps-travail
Accord RTT cadres: Régime d'astreinte au chapitre 7: ACCORD RTT Cadres

 

Augmentation à caractère générale :

Une réponse négative…

Montluçon le 26 juin 2015.

Monsieur Guillaume,
Je me permets de revenir vers vous suite à vos sollicitations concernant l’interprétation de l’article 19 de l’avenant ingénieurs et cadres concernant la rémunération effective.

Tout d’abord, nous souhaitons souligner que si une actualisation a été opérée par voie d’accord de branche en date du 19 décembre 2013, cet article n’a pas été revu depuis 1954. Nous noterons donc que ces dispositions revêtent un caractère ancien qu’il conviendrait d’interpréter au regard de la rémunération effective des ingénieurs et cadres actuelle. En effet, ce paragraphe (auparavant alinéa 4 de l’article 20) avaient déjà fait l’objet de discussions à l’échelle de la branche qui avaient abouties, dans le cadre de commissions paritaires d’interprétation (16 juin 1954, 1ER février 1966), à une mise œuvre telles que décrites ci-dessous mais qui n’ont pas nécessairement une application concrète en 2015.

L’interprétation paritaire dudit paragraphe 4 en date du 16 juin 1954 précisait qu’au cas où les ingénieurs et cadres ne bénéficient pas, dans le même temps, des augmentations générales et uniformes appliquées aux autres salariés : ouvriers et collaborateurs, il résulte de cet article de procéder à l’examen des rémunérations des ingénieurs et cadres dans la mesure où cela est de nature à affecter la hiérarchie générale des salaires. Il s’agit, pour être plus précis, de maintenir une échelle des rémunérations plutôt que d’appliquer un mécanisme tendant à la parité à tout moment entre les différentes augmentations appliquées aux différentes catégories de personnel. Il y a d’ailleurs, selon nous, une différence sémantique entre un « rajustement » qui correspondrait davantage à une réévaluation de grilles de salaires conventionnelles ou par voie d’accord en dehors des NAO où il est communément question d’augmentations collectives ou individuelles ; termes d’ailleurs employés au sein de l’alinéa précédent le paragraphe en question.

En tout état de cause, nous vous rappelons qu’au sein de notre société, une partie des augmentations des salariés collaborateurs est à caractère individuel et de ce fait, il n’est pas possible d’invoquer une augmentation générale uniforme à l’ensemble du personnel non cadre. De plus, nous vous confirmons qu’au sein de GDTF, le maintien d’une hiérarchie entre les catégories est respecté (voir notamment bilans sociaux ou indicateurs NAO). Nos pratiques sont donc en adéquation avec l’esprit du texte.

Enfin, nous nous permettons de vous réaffirmer la volonté de rétribuer les collaborateurs et les cadres selon des critères de performance individuelle, en fonction des objectifs fixés chaque année dans le cadre des entretiens avec le manager direct et évalués, dans un esprit d’amélioration, de progrès et de développement professionnel.

Restant à votre disposition pour tout complément d’information, recevez, Monsieur, mes respectueuses salutations.

 

 

Suivi de réclamation.

Montluçon le 10 Février 2015.

 

Un mois sans réponse !!!

 

Voilà un mois que la CGT a lancé une revendication concernant l’augmentation générale des cadres. Toujours pas de réponse officielle de la direction qui multiplie pourtant ici ou là, les petites déclarations : « Ce n’est pas possible », « Ce texte ne concerne pas les augmentations à caractère générales », etc.

  • Mais alors pourquoi notre direction se refuse-t-elle à l’écrire ?
  • Mieux, Pourquoi va-t-elle chercher l’appui de la commission d’interprétation de la branche du caoutchouc ?

Enfin, dans des échanges de conversations avec la CGT, la direction va jusqu’à prétendre que le texte s’appliquerait uniquement lors de réévaluation ponctuelle et non pas chaque année comme dans le cas des N.A.O.

La CGT rétorque du TAC au TAC, que cela n’a pas n’ont plus été le cas en 2010 (Réévaluation des salaires de 5,3% en moyenne des opérateurs), lors de la nouvelle grille de salaire.

 

Revendication du 8 janvier 2015 de la CGT:Augmentation générale Cadres
Texte de la CCNC:

Article 19

En vigueur non étendu

Créé par accord du 19 décembre 2013  

4. Dans le cas de rajustement collectif, le pourcentage de variation appliqué à la rémunération individuelle des ingénieurs et cadres est le même que celui appliqué d'une façon générale et uniforme aux autres salariés de l'entreprise, sauf cas exceptionnel expliqué à l'intéressé.